En sort scellé

 

Parking désert, pubis à l'air, hier dans une voiture.

Minette revisitée sur la banquette à vent, l'air de rien.

Tu parles !

Je l'avais désiré comme ça, lui, n'importe comment, n'importe où vu la nécessité de composer avec l'inéluctable. Mince... cliché quand même mais je m'en défends dans ma tête : c'est mon dépucelage de voiture en missionnaire.

Lorsque le corps parle, il convainc par ellipses...et à force d'ignorer le cœur il se fait une raison. Je prends l'homme et saute sur l'occasion ... ou peut être qu'on s'est sauté dessus ensemble. Vice vers ça. La faim devenue cannibale, on se crie qu'on va se bouffer un mot sur deux, les yeux dans les yeux... Mais pas devant tout le monde, non... Il a fallu trouver une planque pour qu'on s'entredévore à l'image des ogres qu'on était devenus. En mettre partout s'en mettre plein la vue, on pouvait pas le faire devant les gens, fallait garder cette boulimie secrète. Qu'on puisse s'a-tacher sans qu'on le sache, pourvu qu'on fasse semblant de se côtoyer quelconque... d'acquiescer en connivences.

Voyez comme je ne suis rien, moi, la femme adultère, je ne dis mot car je consens.
Je n'existe pas, pas vraiment.
Insignifiante je peux frôler l'insouciance en niant l'appétence...
Quel état merveilleux de latence !

Désirant jouir de ma condition parfaite innocente, il me serre dans ses bras, là le sexe durcit, me compresse tout contre partout lui au point que je deviens un double palpitant, un gémeau peloté aux contours impalpables pourtant , un presque objet trop excitant : quelque chose tout chose. Engluée dans l'étreinte, je frémis d'enlacement, me laisse fondre sucre candide. Et j'ai le droit : je ne trompe personne, moi. Puis je n'ai pas posé de questions quand il m'a dépeint la situation. Juste fait « ah bon »... parce que je m'attendais à rien, rien de moins, simplement besoin d'être remplie, grossièrement, sans prendre de gants.

Cric crac boum et basta.

Enfin faut voir... faut voir s'il m'atteint là où je gémis au point mort, jambes écartées, me rognant genoux contre l'accoudoir d'un coté et changement de vitesse de l'autre. Le dossier abaissé avec vue sur le siège de ses fillettes à l'arrière, moi leur tournant symboliquement le dos, lui leur fait face et me rentre dedans. Oh oui ! De plus en plus fort à mesure que j'déborde.

Y a-t-il pire aveuglement ?

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×