La distance

Il l'a touchée gentiement mais sans tendresse. D'un geste un peu maladroit. Et ne sachant pas où l'arrêter, il l'a laissé descendre, feignant l'égarement.

Mais personne n'est dupe, pas vraiment...

Elle, elle sent poindre une sorte de détresse dans un coin de sa poitrine. Quelque part en dessous du foutoir. Dans un petit carré à l'abris des décombres. Oui. Elle avait oublié que ce cagibi existait. Elle sait instinctivement qu'il n'y a aucune promesse. A la rigueur un semblant de respect dont, il faut bien l'avouer, elle ne sait trop que faire.

Ou si. Qu'il aille se faire foutre ! ça ne serait pas du luxe, au moins il y aurait de l'action.


Elle, le désir... Lui, dans le vent, dans les vappes... apparement.
Cet effleurement sent la fin. La fin tacite, la fin tactile. Faim d'une idylle pourtant, faim qui tenaille. Toujours. Confusément.

Ils ont les yeux fermés et les sens en alerte. Enfin elle surtout. Lui ce n'est pas sûr.

Mais les sens clament l'alerte rouge: ça n'ira pas plus loin ! Déjà la main glisse et quitte la peau douce. Trop douce peut être. Déjà se carapate la caresse espérée dans le no man's land juste à côté. Sous les draps.Juste làs.
Alors la peau prie. Elle prie. Et si elle avait une bouche elle hurlerait à plein derme pour que cela continue. "Putain bordel t'en vas pas, reste près de moi juste un peu, juste cette nuit. Rien que ça !"
Mais trève de souhait : c'est mort.

Raplapla...


Le repli sur soi ne ment pas et déjà l'écart se creuse. Elle voudrait ratrapper ça, la distance. Si longue.
Trente centimètre c'est un monde à traverser à la nage lorsque l'envie est là sur une rive. Et pas l'autre. Trente centimètre de latence intenable pour elle, soulagement pour lui.

Lui qui avait mis les points sur les "i"...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site