Sans queue ni tête

Effilochée comme le bas blesse. Seul sol parait bienheureux au lendemain de l'ivresse. Et le bémol se vomit par accoups dans bouche béante de la cuvette. Tombée à genoux. Un doigt pour aller jusqu'au bout. Bientôt toute la main pour s'étouffer en déglutition de solides.

Décomposée, le corps rompu, le dégout bondit tel un bolide de l'estomac et vient se plaquer dans la gorge. Deux secondes de répis et je dégorge des yeux et je déborde de partout. Partout où je peux. Je me flaque, je me débecte la panse sans y penser. Sans que cela panse quoique ce soit d'ailleurs si ce n'est la nausée.
Fatale nausée débile mentale.
Écoeurée d'anorexie sentimentale, dégobillage en plein. Faim prête pour dégoupillage en mélopée sanglotante des déboires dévorés telle l'ogresse d'un conte de fée. Imbuvable aurore de solitude faisandée à l'idylle d'une nuit. Si nuisible, si risible parfois. Presque toujours d'ailleurs... Je suis une marie couche-toi là. Amarée à des porcs je barbote des glandes salivaires jusqu'à m'alcooliser aux heures les plus indûes. Ébétée aux avant gôut de l'orgie, je me beurre, je me tartine déconfiture de pêche en pleine face.

Pauvre pomme !

Je ne suis pas fadace pourtant je me cuisine juste comme il faut. Mais il ne veut rien. Pas faim, qu'il dit...

Mais comment peut-il, le nez sur le rôti ?
Pourrie d'ennui je me croyais au sommet de l'amnésie. Et puis rire aux éclats de verre solitaire. Aboiement de chienne de garde. Je monte encore en grade, gravis le col en angle droit de la colère. Perpendiculairement destructrice. Nonante degré de masochisme... visite gratuite du grand canyon des séismes.
Ravale, ravale donc la rancoeur. Cet amour rance mort-né. Du haut le coeur qui démange à l'acide corrosif: découverte qui estomaque, plumage du dindon de la farce en vue du festin. Le sien. Bien sûr.
Tout cru, lui, oui. J'ai tout cru: ses cuicui d'oiseau de mauvais augure.
                            J'ai tout gobé, même la mouche.
Les excuses de sa bouche presque sucrée m'ont salé la note au passage. Et dieu sait qu'il appréciait aller-retour d'indécision en insouciance.
Voilà que je trépasse de caresses à carence.

Qu'homme ment sans queue ni tête ...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×